L' ASSOCIATION PRESSES UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG : UNE LONGUE HISTOIRE

Création des Publications de la faculté des Lettres de l'université de Strasbourg

En 1920, la Faculté des Lettres de Strasbourg soutient l’initiative de quelques-uns de ses professeurs qui souhaitaient valoriser la nouvelle identité française de la recherche alsacienne par des publications spécifiques. Une collection est créée sous le titre de «Publications de la faculté des Lettres de l'université de Strasbourg». Le démarrage de son activité fut favorisé par une partie de la dotation affectée par le gouvernement à l’université de Strasbourg, mais il fut convenu que cette collection serait gérée de manière bénévole et financée essentiellement par des dons et par le revenu de ses ventes. 

Organisation et premières publications 

Une commission des publications est mise en place, présidée par Albert Grenier. Elle assure l'expertise scientifique des textes et gère la diffusion commerciale des premiers ouvrages. Ceux-ci sont imprimés par Berger-Levrault et mis en dépôt dans les librairies Istra de Strasbourg et de Paris, à Oxford et à l'université Columbia de New York. En 1924, un accord est passé avec Les Belles Lettres pour la diffusion des titres dans toute la France. L’essor des activités des Publications de la faculté des Lettres de l’université de Strasbourg est alors rapide. Sa collection initiale (dite « série bleue », en raison de la couleur de sa couverture) est subdivisée en champs disciplinaires (philosophie, littérature et philologie françaises, langues, littératures et civilisations étrangères – Allemagne, Angleterre, Italie –, philologie, littérature, archéologie et histoire de l’antiquité, histoire et géographie). On y publie essentiellement les travaux des enseignants de la Faculté et des thèses soutenues à Strasbourg. 

Ill.1. — Réunion de la Commission de publication au Palais universitaire de Strasbourg (Albert Grenier et Prosper Alfaric à droite)

Ill.2 à 4 — Paul Perdrizet, professeur d'archéologie,  et Albert Grenier, professeur d'antiquités gallo-romaines et rhénanes, lors de leur nomination à Strasbourg en novembre 1919 (archives Paul Perdrizet) —couverture des Rois thaumaturges de Marc Bloch (19° ouvrage publié par les Publications de la Faculté des Lettres en 1924) — Marc Bloch

diversification des collections

En 1922 paraît un Bulletin de la faculté des Lettres. Ce fascicule mensuel contient les programmes d’enseignement, les sujets de devoirs, des conseils bibliographiques, mais aussi des recensions d’ouvrages récents ainsi que la liste des ouvrages entrés dans les bibliothèques. Ce bulletin sera édité jusqu’en 1970.

En 1923, la « Bibliographie alsacienne » est créée avec pour objectif de recenser et commenter les publications concernant l’histoire et la société alsaciennes. Au début des années 1930, deux nouvelles séries sont encore créées. D’une part, la série « in-16 carré » qui réunit des ouvrages de critique destinés à un public plus étendu que la collection bleue. D’autre part, la série « Initiations et méthodes » qui rassemble des manuels consacrés aux disciplines enseignées à la Faculté. 
Ils sont présentés comme « de petits traités concis jugés indispensables aux étudiants et aux enseignants de la Faculté ».

Mutations : le choix d'une structure associative et la création des Presses Universitaires de Strasbourg

En 1935, un premier bilan pouvait faire état d’un catalogue de plus de cent titres, soit une moyenne de près de sept publications par année depuis la création de la première collection. Le succès de l’entreprise conduit alors ses responsables à envisager une gestion plus indépendante de la Faculté. En 1938, Ils décident de se constituer en association de droit local. Pierre Francastel et Marc Bloch font partie des fondateurs de l’Association de publications près les universités de Strasbourg. Leur souci est également de préserver le sort des publications en prévision d’un conflit annoncé et qui pourrait conduire à l’annexion de l’université de Strasbourg. 

L’année suivante, l’université doit en effet se replier à Clermont-Ferrand et les professeurs en charge de l’association y transfèrent leurs archives et le stock des collections. 

De retour à Strasbourg, l’Association reprit son activité d’édition de manière plus intense et plus diversifiée. Elle devient le partenaire privilégié des trois universités strasbourgeoises issues de la Loi Faure de 1968. Elle se rapprocha notamment d’autres structures d’édition universitaires qui, suivant son exemple pionnier, s’étaient imposées dans le champ des éditions scientifiques, notamment par le truchement des Maisons des sciences de l’homme. 

En 1987, à l’initiative de son président, Lucien Braun, elle crée la marque « Presses Universitaires de Strasbourg » qui s’imposera comme une référence historique majeure dans le milieu des presses d’université.

En 1994, l’Association prend officiellement le nom d’Association Presses Universitaires de Strasbourg.  

Une expérience centenaire

En 2010, l’Université de Strasbourg réunifié sollicite l’Association pour créer avec elle une fondation qui portera le nom de Presses Universitaires de Strasbourg. L’Association dote cette fondation de son stock et de sa marque et poursuit son activité dans le cadre de huit collections qui lui sont reconnues en propre. Elle assurera ainsi 40% de la production des ouvrages de la Fondation. Dix ans plus tard, et cinq directions successives, la Fondation est jugée inadaptée au dispositif universitaire et l’Université de Strasbourg entreprend de la remplacer par un service commun où elle prévoit de fondre les activités de l’Association. Cette dernière décide à l’unanimité ses membres de maintenir son indépendance et de poursuivre ses activités selon le modèle qui a fait sa notoriété depuis 1938. Elle a demandé la restitution de sa marque PUS en application de la convention de partenariat et des statuts de la Fondation signés en 2010.

 

En 2021, l’Association a fêté le centenaire de sa première publication.

Depuis janvier 2023, l’Association Presses Universitaires de Strasbourg a recouvré son autonomie et développe de nouveaux projets en collaboration avec plusieurs unités de recherche et le soutien de nombre de ses collègues et partenaires universitaires. 

 

Bibliographie : Albert Grenier, « Les publications de la Faculté des Lettres de Strasbourg », in Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 1924, V, p. 60-63. 

« Presses Universitaires de Strasbourg : 75 ans au service de la recherche universitaire », in Le Journal (Université Strasbourg 2), 1995, no 37

© Copyright. Tous droits réservés.

Nous avons besoin de votre consentement pour charger les traductions

Nous utilisons un service tiers pour traduire le contenu du site web qui peut collecter des données sur votre activité. Veuillez prendre connaissance des détails et accepter le service pour visualiser les traductions.